L’année 2018 est particulièrement riche pour Jacques Schwarz-Bart. C’est ainsi qu’il vient de produire l’album Hazzan – le Cantor de la tradition juive – dans lequel il nous entraine sur l’autre versant de son histoire, en mettant à l’honneur les mélodies traditionnelles de la liturgie juive, héritées de son père, André. Il en résulte un album rayonnant et spirituel à la fois, relativement irrésistible. Jacques s’est entouré ici de musiciens fidèles avec lesquels il partage scène et studio depuis plusieurs années. On y retrouve ainsi Grégory Privat (pno), Stéphane Kerecki (cb) et Arnaud Dolmen (dms). David Linx apporte son chant et sa voix sur deux titres. L’album sort chez Enja en octobre.

Dans un contexte à la fois plus urban jazz et mondialiste, Jacques fait partie des quatre piliers de Shijin, le quartet monté à l’initiative du bassiste Laurent David, et qui regroupe également Malcolm Braff (keys) et Stéphane Galland (dms). L’album du même nom sort également en octobre sur le label Alter Nativ. Shijin propose une fusion multiforme à laquelle chacun des membres du quartet apporte les influences liées à son histoire. On touche aussi bien à l’électro qu’au rock, à la Caraïbe ou au straight jazz dans un cocktail à explorer sans modération. L’album est disponible sur BandCamp ici : https://shijin.bandcamp.com/releases.